Pour un approvisionnement en bois cohérent avec une démarche écologique

Lorsque ERE43 a commencé à être bien établie et qu’on a pu penser autrement qu’en terme de sauvegarde de l’entreprise, nous nous sommes interrogés sur la cohérence environnementale et sociale de l’approvisionnement en bois de nos chaudières. Le slogan de ERE43 était “De l’arbre au radiateur”. Coté radiateur tout se passait au mieux :  économie de chaleur avec les études thermiques, optimisation des rendements avec la production des Modul’R et transport de la chaleur sur de courtes distances. Mais coté arbre, nous avions peu progressé. Quel était donc l’impact sur la forêt de nos prélèvements de bois ?

Bien sûr, nous aurions pu nous contenter de répondre que le volume de bois utilisé par ERE43 est tellement faible comparé au volume global prélevé dans la forêt que cette question n’était pas primordiale. Mais nos vieux habits d’écolos nous collent toujours à la peau et nous aimons aller au fond des questions, c’est d’ailleurs cette démarche exigeante qui est à l’origine de la création d’ERE43.

La forêt, un monde complexe

C’est ainsi que nous sommes entrés dans la forêt, prêts à en découdre avec les idées reçues. Nous avons découvert un monde complexe, soulevé plus de questions que de réponses et rencontré pleins de gens intéressés par ces thématiques.

Après des essais de travail en forêt, des cafés forêts, des films-débats, des animations… un collectif s’est constitué. Puis, lorsqu’on nous a proposé des parcelles de plantation de Douglas, ce collectif s’est structuré : l’association Forêts des Sucs est née pour accueillir ce don de parcelles.

Après des débats très concrets, nous avons retenu un chemin de transformation de cette plantation de Douglas vers une véritable forêt, plus résiliente.


Vers une forêt résiliente…

Notre plantation est actuellement un désert biologique. Ni oiseau ni insecte ne l’habite. Les micro-organismes du sol nécessaires à la décomposition sont absents. A part les Douglas initialement plantés, aucune autre plante ne pousse.

Nous avons commencé par éclaircir la plantation de façon à ce que le soleil pénètre jusqu’au sol.

Les bois morts ont été laissés sur place pour que les insectes et micro-organismes s’y réfugient.

Les insectes vont attirer les oiseaux. Ils échapperont des graines. Elles germeront et des plantes coloniseront le sol. Petit à petit, la diversité biologique reviendra. D’autres végétaux s’installeront. La plantation deviendra alors une véritable forêt avec plusieurs d’espèces d’arbres, de tous âges.

Cette forêt sera bien plus résistante aux aléas climatiques et aux attaques de parasites. Sur une période longue de10, 20 ou 30 ans, nous espérons vérifier qu’elle produira plus de bois que la monoculture de Douglas.


… et la gestion d’un Commun, en commun

La réflexion continue. En même temps que Forêts des sucs avance dans la transformation de nos terrains, nous continuons d’interroger notre façon d’exploiter cette petite surface de forêt, d’échanger avec d’autres personnes intéressées par ce thème. Nous réfléchissons à la valorisation du bois en regard des modèles commerciaux actuels. Notre souhait est que des propriétaires forestiers nous rejoignent pour réanimer un commerce local de bois qui a pratiquement disparu à ce jour.

ERE43 nous est d’une aide précieuse dans ce projet et nous aimerions pouvoir lui fournir très bientôt un bois socialement et écologiquement engagé. Nous espérons créer une dynamique tous ensemble pour que notre approvisionnement en bois soit utile au renouvellement et à l’embellissement de la forêt. Une forêt résiliente, bien gérée, servant à l’enrichissement d’un Commun.

L’équipe Forêt des Sucs – mars 2022

CONTACT guilbertfrancois@orange.fr